Retour accueil

Vous êtes actuellement : COMMISSIONS  / CHSCT  / Coronavirus 


fontsizeup fontsizedown {id_article} impression envoyer l'article par mail title= suivre la vie du site syndiquer le forum 0 réaction

COVID : INFOS PRATIQUES

jeudi 10 février 2022

Avant l’application du nouveau protocole après les vacances d’hiver : ce que vous devez faire et ce que vous ne devez pas accepter !

Toujours plongée dans le flou d’un protocole qui provoque beaucoup de difficultés, la hiérarchie patauge et donne indications et contre-indications aux collègues. Suite à de nombreux appels de collègues, le SNUipp-FSU essaye d’y voir clair et de vous donner des informations précises : congé(s), garde d’enfant(s), accueil des élèves, ...

CONGÉ(S)

Vous êtes cas contact :

  • si vous avez un schéma vaccinal complet : pas d’isolement et auto-test à J0, J+2, J+4 (vous avez droit à 10 auto-tests par mois en pharmacie, votre directeur·trice doit vous fournir une attestation pour les retirer).
  • si vous n’avez pas de schéma vaccinal complet : 7 jours d’isolement ou 5 jours d’isolement en cas d’absence de symptômes depuis 48h et si test (PCR ou antigénique) négatif à J+5.

-  Démarche : sur Arena (https://si1d.ac-montpellier.fr/aa1d...), vous saisissez "situation de cas contact" et vous fournissez le justificatif que vous a envoyé l’assurance maladie.

Vous êtes positif·tive au COVID :

  • si vous avez un schéma vaccinal complet : 7 jours d’isolement ou 5 jours d’isolement en cas d’absence de symptômes depuis 48h et si test (PCR ou antigénique) négatif à J+5.
  • si vous n’avez pas de schéma vaccinal complet : 10 jours d’isolement ou 7 jours d’isolement en cas d’absence de symptômes depuis 48h et si test (PCR ou antigénique) négatif à J+7.

-  Démarche : envoyez votre certificat d’isolement, reçu de l’assurance maladie, à votre IEN

Votre enfant a le COVID ou il est cas contact :


-  Démarche : sur Arena (https://si1d.ac-montpellier.fr/aa1d...), vous saisissez "situation de cas contact" (ils n’ont pas prévu ce genre de situation) et vous fournissez le justificatif que vous a envoyé l’assurance maladie et/ou un certificat médical signifiant le parent qui garde l’enfant.

Attention : les jours de garde pour un enfant dans une situation COVID ne doivent surtout pas être prélevés sur le quota de jours pour "garde d’enfant malade".

Attention : dans toutes ces situations, arrêt maladie ou ASA (COVID), vous n’êtes absolument pas obligé·e de télétravailler et d’envoyer du travail aux élèves. Votre classe n’est pas fermée ! Vous n’êtes pas remplacé·e, c’est différent ! Les enseignant·e·s ne doivent pas continuer à supporter et à compenser la pénurie de remplaçant·e·s, symbole du manque d’investissement pour la continuité du service public et choix d’un ministre qui préfère économiser des millions plutôt qu’anticiper des besoins prévisibles.

ACCUEIL DES ÉLÈVES

Lorsqu’un collègue n’est pas remplacé, le protocole dit :

"En revanche, à partir du niveau 3 / niveau orange, lorsqu’un enseignant est absent et dans l’attente de son remplacement, le non brassage entre les classes doit être respecté. Les élèves ne peuvent donc être répartis dans les autres classes."

C’est clair ! Vous ne devez pas accueillir les élèves dans votre classe, encore moins dans une pièce séparée même sous la surveillance d’un autre personnel de l’école (ATSEM, AESH, ...)et vous pouvez vous appuyer sur ce protocole pour répondre aux parents ou aux consignes contraires qui seraient données par votre hiérarchie. Si votre IEN vous demande d’accueillir les élèves demandez lui de vous confirmer cette directive par écrit (et contactez nous !). Sinon, refusez la : c’est votre responsabilité qui va être engagée ! Et pas sûr que l’IEN assume ses dires...

Toujours en lien avec cette prérogative de non-brassage, lors d’un entretien avec le DASEN fin janvier, nous l’avons interpellé sur la problématique des non remplacements, encore plus importante en cette période de crise sanitaire, qui devient difficile à supporter pour les collègues et plus particulièrement les directeurs, tant du point de vue de l’organisation que dans la gestion des conflits que cela peut engendrer avec les parents. Nous avons demandé si un écrit ne pourrait être prévu pour que les parents puissent justifier auprès de leur employeur de l’absence de l’enseignant.e de leur enfant et donc de leur obligation à le garder. Il a semblé être étonné de ces difficultés d’autant que selon lui les mails de directeur·trice·s suffisent. Mais il s’est engagé à produire un écrit plus "officiel".

Cette situation devient plus que difficile et nous engageons les collègues à être prudents et à ne pas outrepasser les règles : pas de brassage, pas d’accueil sans surveillance d’un enseignant·e et pas de travail à distance quand on n’est pas remplacé·e !

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 6