Retour accueil

Vous êtes actuellement : COMMISSIONS  / CAPD 


COMPTE-RENDU de la CAPD du 14 mars 2017

mardi 14 mars 2017

L’ordre du jour de cette commission était : Propositions candidatures postes adaptés rentrée 2017 / Liste d’aptitude aux fonctions de directeur d’école 2 classes et plus / Départs en congés formation professionnelle rentrée 2017 / Présentation de la formation CAPPEI rentrée 2017 / Présentation de la circulaire du mouvement départemental 2017. Questions diverses : avenir des enseignants faisant fonction (postes E, enseignants référents), circonscriptions expérimentales, décharges direction des écoles à 3 classes, date du groupe de travail bonification handicap

CAPD du 14 mars 2017

Déclaration du SNUipp-FSU11

Nous souhaitons débuter cette déclaration, en nous faisant l’écho de nos collègues des écoles Trèbes que nous avons rencontrés nombreux en réunion, l’écho des nombreux collègues de tout le département qui nous appellent pour exprimer leur solidarité et leur soutien à la directrice de l’école maternelle des Floralies ; nous faire l’écho aussi de l’inquiétude qui s’exprime quand une collègue enseignante saute aussi facilement qu’un fusible face à des agissements malveillants commis par certains parents en toute impunité ! Nous faire en outre l’écho de l’indignation légitime des personnels face au lynchage médiatique subi par notre collègue il y a peu. Nous attendons que ces actes malveillants soient condamnés fermement car, dans un tel climat délétère, d’autres pourraient suivre s’inspirant de l’exemple trébéen. Nous souhaitons enfin que notre collègue puisse être reconnue dans ses qualités pédagogiques et pas jugée sur une erreur ; qu’elle puisse retrouver rapidement un métier qu’elle aime dans des conditions sereines.

Cette CAPD sera l’occasion de parler du Certificat d’Aptitude Professionnelle aux Pratiques de l’École Inclusive, le CAPPEI qui vient se substituer aux deux diplômes existants le CAPA-SH et le 2 CA-SH.

Garantir à chaque enfant une place à l’école, faire en sorte que cette école soit vraiment une « école pour tous », refuser que des différences liées à la santé, au handicap ou aux difficultés d’apprentissage ne viennent empêcher un enfant de vivre une scolarité positive : voilà les défis que pose le projet d’une « école inclusive ». Elle réclame que chaque enfant soit traité à égalité de droit , que l’on parte effectivement de ses besoins. Mettre en œuvre l’école inclusive s’accompagne d’une tension, tension entre un idéal et une réalité complexe, qui aujourd’hui repose essentiellement sur les épaules de nos collègues.

« L’idéal, c’est l’idéal, et le réel c’est le possible » (H. Arendt). Nos collègues repoussent souvent les limites du possible. Avec nous, ils partagent une vision de l’école basée sur des valeurs d’émancipation et d’humanisme. Mais aujourd’hui, l’inclusion bouscule fortement et à tous les niveaux les pratiques professionnelles. Le modèle de l’école inclusive interpelle le système éducatif et implique des réponses en termes de moyens, de formations initiale et continue, d’effectifs, d’abondement des postes d’enseignants spécialisés….parce qu’aucune souffrance n’est supportable, ni celle de nos collègues, ni celles des élèves que nous accueillons.

Le ministère a tenté, sous l’ère Sarkozy, d’assécher les RASED en prétendant les remplacer par les aides personnalisées. Ces suppressions massives de postes en RASED n’ont toujours pas été compensées et le nombre de départs en formation est trop faible pour permettre la reconstruction des réseaux. Nous savons que leur aide est très appréciée dans les écoles où les Rased sont les seuls soutiens dont peuvent disposer les enseignants face à des élèves qu’ils n’arrivent plus à gérer ou à faire réussir. Ces élèves qui ne parviennent pas à répondre aux exigences de l’école, ces enfants « perturbateurs », « inclassables » selon la dénomination choisie, ne sont pas en situation de profiter des aides qui leur sont proposées en classe et se retrouvent en grande difficulté scolaire. Les aides dispensées par les enseignants des RASED leur permettent de retrouver progressivement leur place d’élève. C’est dans ce contexte de conditions de travail dégradées, d’incertitudes, d’interrogations quant à la pérennisation et l’abondement des postes RASED que nous est imposée cette réforme de la formation professionnelle spécialisée : le CAPPEI.

La baisse du volume de formation avant certification qui passe de 400 à 300 heures, la forte réduction du stage préparant à la prise de poste, les exigences et la qualité de la certification revues à la baisse alors même que le CAPPEI est censé s’inscrire dans un parcours diplômant, l’incertitude – au regard de la situation actuelle -concernant l’accès aux MIN (module d’initiative nationale) malgré le droit opposable, les interrogations qui subsistent en termes de gestion des personnels, le sentiment fortement exprimé par nos collègues d’un renoncement à la prévention et l’adaptation à la difficulté scolaire, le sentiment d’un renoncement à la prise en compte de toutes les spécificités de prise en charge de tous les élèves à besoins éducatifs particuliers, d’une volonté d’harmonisation des missions des enseignants des RASED.Et surtout, la nouvelle formation prône la notion de personne-ressource, au détriment de l’aide directe auprès des élèves !… Autant d’éléments qui fondent l’appréciation négative que nous portons sur cette réforme.

Et nous savons que nous ne sommes pas les seuls au regard des critiques exprimées par d’autres organisations syndicales et des associations professionnelles de maîtres E et G.

Pour le SNUipp-FSU cette réforme laisse encore trop de questions en suspens et laisse entrevoir de grandes inquiétudes pour ce qu’il reste de l’enseignement spécialisé. Ainsi, pour notre département, nous nous interrogeons sur la mise en place du CAPPEI en matière de calendrier et de supports accessibles aux collègues. Nous savons que le ministère a demandé aux recteurs de trouver des postes supports en priorité pour les enseignants du 2nd degré. Quelle réalité cela aura-t-il dans notre département, dans notre académie ?

Compte-rendu de la CAPD

1) Présentation de la formation CAPPEI rentrée 2017 par l’IEN ASH Une réunion d’information sur le CAPPEI sera proposée pour tous les collègues intéressés le mercredi 19 avril à l’ ESPE à Carcassonne de 14h à 17H .

2) Propositions candidatures postes adaptés rentrée 2017 Seuls les collègues relevant du groupe 1 très prioritaire peuvent bénéficier de ce dispositif. (2 renouvellements et une première demande)

3) Liste Aptitude directeurs 2 classes et plus 37 demandes dont 19 soumis à entretien 18 avis favorables , un avis défavorable.

Rappel des règles : pour ne pas avoir à repasser l’entretien il faut avoir exercé 3 ans à titre définitif (ou 2 ans à TD et 1 an à TP sans intérim). La liste d’aptitude est valable 3 ans.

Ces collègues bénéficieront de 3 semaines de stage en juin et en octobre. Plus de renseignements seront communiqués après le groupe de travail du mardi 21 mars.

4) Départ en congès de formation professionnelle rentrée 2017 La dotation pour le département est identique à celle de l’année passée : 36mois. Le classement des candidatures se fait selon les mêmes critères que l’année précédente : 1) formation entamée l’année précédente 2) projet de mobilité professionnelle 3) certification universitaire 4) diplôme universitaire 5) autre demande 11 candidatures ont été étudiées (16 l’année dernière) 3 demandes n’ont pas été retenues. Les 36 mois ont été répartis sur les 8 collègues en fonction de leur demande ( 4 collègues ont obtenu 6 mois, 2 ont obtenu 4 mois et 2 deux mois)

5) Présentation de la circulaire mouvement départemental 2017 Malgré nos demandes, les modalités de la phase d’ajustement ne sont pas encore définies et ne seront communiquées que lors de la CAPD du mouvement ( jeudi 18 mai). On est en attente d’une « harmonisation académique ».

Cette année apparaîtront à la première phase des postes d’adjoints constitués de regroupement de décharges ( décharges de maîtres formateurs et de direction à 1/3 )

La situation des collègues touchés par la fermeture des postes classe relais et soutien occitan bénéficieront de mesure de carte scolaire adapté à la spécificité de leur poste.

Les collègues concernés par des postes soumis à entretien recevront une convocation pour cet entretien . (dates pressenties 19 , 21 et 26 avril)

Questions Diverses

Que deviennent les personnels ayant fait fonction en 2016-2017 sur des postes spécialisés (poste E et enseignant référent ) ? Les postes vacants paraîtront au mouvement et seront donc soumis aux règles détaillées dans la circulaire. Si ces postes ne sont pas attribués à l’issue du mouvement, la DASEN réfléchit à reconduire la procédure utilisée cette année. Il est regrettable que certains collègues ayant exercé sur ces postes et ayant entrepris leur formation CAPASH en candidat libre ne puissent pas être validés avant le mouvement afin de pouvoir y participer à titre définitif.

Le redécoupage des circonscriptions en expérimentation cette année est en attente de finalisation en juin.

Décharges direction des écoles à 3 classes Les décharges des directions des écoles à 3 classes et moins fonctionneront vraisemblablement comme l’année passée, elles seront assurées par des collègues à 80 %.

Un groupe de travail sur la bonification handicap aura lieu le jeudi 4 mai.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 4


22 bis boulevard de Varsovie 11000 CARCASSONNE
- Tél. : 0468720476 --- Fax : 0468253595
- snu11@snuipp.fr


Agrandir le plan

13 rue des 3 moulins 11100 NARBONNE
- Tél. : 0468320799
- ulfsu-narbonne@orange.fr