Retour accueil

Vous êtes actuellement : COMMISSIONS  / CDEN 


CDEN du 12 DÉCEMBRE 2014

lundi 15 décembre 2014

QUAND LE SORT DE LA REP DU VIGUIER AUGURE DE L’AUSTÉRITÉ À VENIR SUR TOUTES LES ÉCOLES DE L’AUDE...

1) SORTIE DE L’ÉDUCATION PRIORITAIRE DES ÉCOLES ET COLLÈGE DU VIGUIER

Alors que les écoles et le collège du quartier du Viguier à Carcassonne étaient fermés, que tous les enseignant-es étaient grévistes et qu’ils manifestaient dans les rues de Carcassonne, se tenait, ce vendredi 12 décembre, une séance du Conseil départemental de l’Éducation nationale (CDEN).

Article  et Vidéo

Les représentants de la FSU ont défendu et argumenté le maintien en REP des établissements du Viguier dans une déclaration liminaire ainsi que dans le débat qui s’en est suivi. FCPE et conseil général en ont fait de même (lecture de la lettre du président du conseil général adressée à la ministre de l’Éducation Nationale).

PDF - 94 ko
Déclaration FSU au CDEN du 12.12.2014

L’Inspectrice d’Académie a rappelé les principes qui ont présidé à la remise à plat de l’éducation prioritaire : Lire le compte rendu de la réunion au rectorat

- le cadre budgétaire contraint des 1082 REP définis nationalement,
- les indicateurs donnés par le ministère pour labelliser « REP »
- la caractérisation du collège Alain et des écoles de son secteur,
- les mesures d’accompagnement qui devraient aider à la sortie de REP.

Pour l’Inspectrice d’Académie, le collège Alain accueille une population mixte, et a plutôt bien réussi. Comme tous les établissements concernés, il n’a pas vocation à rester éternellement REP : être labellisé un temps REP doit permettre de s’en sortir. En outre, compte tenu des indicateurs utilisés, Il n’est pas dans les 31 établissements qui accueillent la population scolaire la plus défavorisée au niveau académique. Le collège comme les écoles REP autour devraient être accompagnées par un regard bienveillant et un certain nombre de mesures d’aide similaires aux établissements en éducation prioritaire.

Pour la FSU, nous avons contesté la sortie de REP du collège Alain et des écoles de son secteur. Il n’est pas question que le collège Alain soit sanctionné pour cause de son recrutement diversifié et de sa mixité sociale ; les écoles qui abondent très majoritairement son effectif sont situées dans le quartier du Viguier très durement touché par la crise. Au début des ZEP, il y a 30 ans, 7% de chômeurs aujourd’hui plus de 30%, la pauvreté n’a pas diminué. Compte tenu de la corrélation forte entre conditions sociales et réussite scolaire, les établissemenst du Viguier ont besoin de rester en REP sous peine de rapide dégradation du climat scolaire. Les collègues sont largement investis pour faire vivre la mixité sociale. La dégradation des conditions d’accueil à venir, risque de voir un phénomène de contournement du collège Alain par les populations les plus favorisées.

Au nom de la FSU, nous avons contesté la logique insupportable du ministère et du rectorat qui, enfermée dans le carcan budgétaire des 1082 réseaux, revient à établir un classement et mettre en concurrence les établissements, les publics scolaires les plus défavorisés pour l’obtention du label REP.

Concernant, le soi-disant accompagnement dont devraient bénéficier les écoles et collèges sortants de l’éducation prioritaire, la FSU a rappelé que ces moyen seraient pris sur l’enveloppe budgétaire académique, la même enveloppe qui est très largement insuffisante à couvrir les besoins en postes, la même enveloppe qui cette année n’a attribué que 7 postes à notre département et a laissé beaucoup d’écoles dans des situation de sureffectif critique.

La FSU a rappelé les actions des enseignants, personnels et parents délèves en lutte sur le Viguier et a appelé l’ensemble des collègues en entrer dans l’action pour obtenir plus de moyens pour notre département.

2) RENTRÉE 2014

Lors de ce CDEN un point était consacré au bilan de rentrée dans les écoles et collèges de l’Aude.

Pour l’Inspectrice d’académie, il y aurait une évolution démographique à la baisse car le constat de rentrée fait apparaître 282 élèves de moins qu’attendus. Pas de mouvement significatif vers le privé mais population très instable. L’administration constate que beaucoup d’arrivées attendues dans les 2 ans comptabilisés ne se sont pas faites. L’Inspectrice s’engage à regarder de près ce phénomène et à « mettre les moyens qu’il faudra » pour faire avancer le taux de scolarisation des 2 ans tout particulièrement dans les zones défavorisées.

La FSU s’est félicité que les bienfaits de la scolarisation dès 2 ans dans de bonnes conditions soient à nouveau mis sur le devant de la scène. Cependant, avec 2 postes étiquetés comme tels dans les dernières dotations pour l’Aude, l’effort fait relève plus de la communication de vitrine que d’un réel engagement du gouvernement. En outre, on s’étonne de la non-rentrée de certains 2 ans ; pour rappel, en 2000 l’Aude scolarisait 45 % de 2 ans, ils ne sont plus que 13 % en 2014. En traitant la maternelle comme variable d’ajustement permettant d’atténuer les fermetures intensives de poste sous l’ère Sarkozy, on a siphonné les moyens de la scolarisation précoce et démantelé la tradition d’accueil dès 2 ans qui était très forte dans notre département rural. Alors, il ne suffira pas de mots ou de volonté affichée, il faudra mettre les moyens en postes pour relancer cela ! C’est une des demandes fortes que fait la FSU à longueur de CTSD ou CDEN.

Baisse démographique ? En outre, comme nous le fit déjà le précedent IA, recommencer à minimiser l’évolution démographique en jouant sur le curseur des 2 ans en dit long sur la carte scolaire qui nous attend. On prépare les esprits audois à accepter une faible dotation en poste en arguant d’une soi-disant baisse démographique alors même que notre département souffre depuis de nombreuses années d’un très net sous-investissement : cela n’est pas entendable c’est pourquoi, pour la FSU, nous avons rappelé notre revendication de 120 postes supplémentaires pour le premier degré dans l’Aude. N’oublions pas non plus que la redéfinition des REP aura des répercussions sur l’ensemble des écoles de l’académie : sur la même enveloppe budgétaire qu’avant il faudra en plus compter les moyens des écoles en REP, l’accompagnement des écoles qui sortent de REP et, comme auparavant, le financement des postes nouveaux. De fortes craintes pèsent donc sur la carte scolaire à venir. cf Compte rendu réunion rectorat

PDF - 441.5 ko
Enquête carte scolaire rentrée 2015

Attention aux fermetures de classes en septembre. L’inspectrice d’académie a annoncé son souhait de ne plus recourir à l’implantation de moyens provisoires en septembre mais de procéder à une vraie phase de carte scolaire en prononçant ouvertures et fermetures définitives.

3) AUTRES POINTS SOULEVÉS

Ecole de Puichéric. L’Inspectrice d’académie a fait état d’un renfort pédagogique accordé à l’école de Puichéric pour permettre de mieux organiser l’enseignement et de sortir d’une structure avec 37 élèves en maternelle. Cependant, pour l’IA, la moyenne ne justifiait pas une ouverture. Pour la FSU, si le dispositif mis en place convient à l’équipe pour l’année, l’ouverture d’un poste reste à considérer lors des prochaines opérations de carte scolaire.

Effectifs SEGPA : 520 en prévision, 526 élèves en constat de rentrée sur le département.

SEGPA Lézignan. Dans la première partie du CDEN consacré aux affaires relevant de la compétence du département, le conseil régional annonce l’ouverture du nouveau collège de Lézignan pour 2016 avec des locaux destinés à une SEGPA calibré pour 64 élèves.

SEGPA Sigean. À la question des parents d’élèves sur l’implantation d’une SEGPA au collège de Sigean, l’Inspectrice d’académie répond que, actuellement, le nombre de places en SEGPA est suffisant, de plus il y a la perspective de SEGPA à Lézignan. Tous les collèges n’ont pas vocation à accueillr une SEGPA cependant le dossier de SEGPA à Sigean est toujours en réflexion.

Installations des SEGPA. Comme il en avait pris l’engagement en décembre 2013, le Conseil général de l’Aude a réalisé un audit sur les installations accueillant les SEGPA. Toutes les SEGPA ont été visitées suite à un courrier envoyé en janvier 2014 à toutes les SEGPA. Les 750 000 € d’investissements et travaux particuliers réalisés à destination des SEGPA ont été répertoriés précisément. Le conseil général fait remarquer que, là où il n’est pas intervenu, c’est qu’il n’a pas reçu de doléance particulière du conseil d’administration.

Suivi des élèves à la sortie du collège : L’Inspection académique a effectué un travail de suivi des élèves à la sortie du collège. Sur les 410 élèves restant sans affectation, seuls 5 sont restés injoignables, l’Inspectrice d’académie a détaillé l’orientation des 405 autres (79 dans le privé, 49 en apprentissage, 215 retour dans l’éducation nationale (redoublement ou lycée pro), 21 en enseignement agricole, 8 ont refusé toute proposition, 12 ont un suivi mission locale d’insertion et 5 ont une orientation autre (centre éducatif fermé, ITEP,...).

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 7


22 bis boulevard de Varsovie 11000 CARCASSONNE
- Tél. : 0468720476 --- Fax : 0468253595
- snu11@snuipp.fr


Agrandir le plan

13 rue des 3 moulins 11100 NARBONNE
- Tél. : 0468320799
- ulfsu-narbonne@orange.fr