Retour accueil

Vous êtes actuellement : CONSIGNES SYNDICALES 


CORONAVIRUS DANS L’AUDE ET LA RÉGION

jeudi 12 mars 2020

Coronavirus : le point sur la situation, consignes du CHSCT académique, autres infos....

Cette page sera régulièrement mise à jour en fonction de l’évolution de la situation. N’hésitez pas à la consulter régulièrement.

Lors de la CAPD du 12/03/2020 l’administration nous a indiqué que toutes les consignes et informations étaient disponibles dans la FAQ du site dédié du ministère. A cette adresse : clic. Les décisions sont prises par la préfecture et l’ARS.

POINT CO-VID 19 DU 10/03/20
transmis par Cyril Garcia, secrétaire (FSU) du CHSCT académique en lien avec le rectorat de Montpellier

Les situation identifiées
Le Crès (34) : n’est pas considéré pour l’instant comme situation à risque. L’agente municipale infectée n’était pas en contact direct avec les enfants. Les animateurs qui était en contact avec elle ne seront pas en contact avec les enfants.

Lézignan (11) : Une collègue PE a été infectée. Son école a été tout de suite fermée. Le maire a fait fermer toutes les écoles un jour pour les désinfecter. 3 écoles vont rester fermées 15j. Les autres pourront rouvrir, pour l’instant, après la désinfection.

Quillan (11) : Les deux (ou trois ?) premier cas de l’Aude venaient de cette commune. Elle est considérée comme un cluster. L’ARS a donc demandé la fermeture des crèches, écoles, collège et lycée.

Devant la progression du virus, une clarification des directives sur le plan de continuité pédagogique va être faite.En gros, si les établissements ferment aux élèves, les chefs d’établissement doivent organiser ce plan.

Concernant les collègues "à risque", des éclaircissements ont été donnés par l’administration :
- - ASA : ce n’est pas l’ARS qui gère les autorisations spéciales d’absences (ASA).

- Si le collègue est malade : le médecin traitant met en arrêt maladie ordinaire en notant "suspicion de coronavirus" sur le CERFA "arrêt de maladie"

- Si le collègue à risque craint d’être malade : le médecin traitant, via un spécialiste si besoin, rédige un certificat que le personnel envoie au chef de service ou d’établissement, ce dernier fait une ASA .

- Les collègues dont les enfants ont leur établissement fermé. Ils peuvent avoir une ASA pour garder leur(s) petit. Le rectorat a annoncé que seul un parent serait autorisé à rester. C’est le chef de service (pour le 1er degré, c’est l’IEN) qui délivre l’ASA. Il est obligé de le faire. Les collègues qui le souhaitent peuvent décider, sur la période de 14j, de garder leur enfants certains jours et d’aller bosser d’autre jours ; C’est à caler en amont dans l’ASA.

POINT INFO SNUipp-FSU11
Deux villes touchées dans l’Aude

Des établissements scolaires de Lézignan-Corbières et Quillan ont été fermés jusqu’au 22 mars par arrêté préfectoral. Les animations pédagogiques sont annulées dans le département. Les personnels toujours en attente de clarifications et de consignes écrites de leur hiérarchie. Sur certaines circonscriptions, les IEN ont envoyé aux directeurs un courriel de la Rectrice précisant ses demandes en cas de fermeture des établissements.

Dès lundi matin, le SNUipp-FSU 11 a appelé la chef de cabinet de la DASENpour lui faire part de l’extrême inquiétude dans laquelle étaient les collègues :
- inquiets à être arrêtés sans consigne claire, écrite, sans savoir pour eux et pour leurs proches quelle démarche, quelle attitude adopter !
- inquiets quant au fait de n’avoir été avertis que par un sms de leur directrice, rien de l’IEN, rien de la DSDEN, rien de l’ARS !
- inquiets d’avoir appris que leur école était fermée le samedi après midi sur le site de l’indépendant alors qu’ils ne l’ont appris que par sms de leur directrice le dimanche soir !
- inquiets pour tous les élèves et leur famille et les personnels de l’école : atsem, enseignants, sans oublier les remplaçants qui se sont succédés sur l’école !
- inquiets de savoir s’il était bien judicieux de réunir les enseignants lundi : risque de contagion des uns aux autres ; ne serait pas plus pertinent de les informer par mail ou sms voire conférence téléphonique ?

Le SNUipp-FSU 11 a demandé que les enseignants soient maintenant informés par l’administration, qu’ils sachent pour eux et leurs proches comment se comporter, qu’ils reçoivent des infos dans les délais, qu’on s’occupe enfin de communiquer sur le sujet.

Voilà les quelques réponses très insuffisantes que l’administration a pu nous fournir :
- Nous ne cachons rien....
- La décision de fermer a été prise après étude de l’ARS ; c’est l’ARS qui prend cette décision.
- Les IEN sont sur le pont
- Les enseignants seront les premiers informés.

L’administration n’avait pas grand chose à communiquer si ce n’est ces quelques éléments de langage très très insuffisants...

Dans le contexte des mesures contre le coronavirus, peu de consignes claires sont données : retour immédiat au domicile et mise en quarantaine lors d’un retour d’une zone à risque, décision sur l’organisation des voyages scolaires dans l’Education Nationale, etc. La FSU répond à toutes vos questions.(Cette page sera régulièrement mise à jour en fonction de l’évolution de la situation.)

Dans le département de l’Oise, certains IEN ont demandé aux collègues n’habitant pas dans les zones contaminées de se rendre à l’inspection pour travailler avec les conseillers pédagogiques. Avec quel ordre de mission ? Quelles indemnités de déplacement ? Le SNUipp-FSU a rappelé aux collègues qu’on ne se déplace pas sans ordre de mission transmis avant le départ.

Pour l’Aude, nous demandons aux collègues de communiquer avec l’administration par MAIL uniquement, afin de laisser une trace : inquiétude sur la présence d’un enfant immuno-déficient dans la classe d’un élève contaminé, inquiétude pour sa propre santé ou celle de ses proches, information d’un cas préoccupant, diverses demandes et questions : PAR MAIL !

Si vous n’obtenez pas de réponse satisfaisante, et si vous jugez qu’il y a un risque pour votre santé (si vous considérez que vous exercerez dès demain dans une zone à risque), la FSU vous invite à exercer votre droit de retrait. En effet, si vous jugez qu’il y a un risque pour votre santé, vous avez la possibilité de faire valoir votre droit de retrait (risque du prélèvement de un trentième si le droit de retrait n’est pas validé par le rectorat) ou vous rendre chez votre médecin pour obtenir un arrêt maladie qui permettra de couvrir votre absence. Enfin, complétez une fiche DGI du registre CHSCTde votre établissement pour justifier votre droit de retrait. Pour conclure, pensez à informer vos délégués du SNUipp-FSU 11.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 0


22 bis boulevard de Varsovie 11000 CARCASSONNE
- Tél. : 0468720476 --- Fax : 0468253595
- snu11@snuipp.fr


Agrandir le plan

13 rue des 3 moulins 11100 NARBONNE
- Tél. : 0468320799
- ulfsu-narbonne@orange.fr