Retour accueil

Vous êtes actuellement : COMMISSIONS  / CDEN 


CDEN 27 JUIN 2019 : CANICULE,CARTE SCOLAIRE, ULIS, PIAL, RYTHMES,...

vendredi 28 juin 2019

Compte -rendu de la séance de Conseil Départemental de l’Education Nationale (CDEN) du 27 juin 2019.

CANICULE  : Suite aux déclarations syndicales (Cf la déclaration de la FSU11 ci-dessous), la DASEN rappelle toutes les consignes envoyées tant par le ministère que par la DSDEN de l’Aude à toutes les écoles. Elle souligne le professionnalisme des équipes qui font face à cet épisode caniculaire dans un souci de préserver la santé des élèves et des personnels.

RYTHMES SCOLAIRES
- 9 écoles repassent à la semaine de 4 jours : Argens-Minervois, Couffoulens, Montolieu, Paraza , Paziols, Roubia, Salles-d’aude élé et mat, Villasavary. Dans l’Aude, seules 34 communes restent sur le modèle « rythmes Peillon » à 4,5 jours.
- Les 2 écoles de Conques s/Orbiel, Salles-sur-L’Hers et les écoles du RPI : La Pomarède, Peyrens, Puginier, Souilhe modifient les horaires d’entrée et de sortie.

CARTE SCOLAIRE La DASEN accède à la demande de la FSU concernant l’école maternelle Petit Prince de Carcassonne. La DASEN rappelle les mesures annoncées lors du CTSD du 21 Juin dernier. : • Primaire Yvonne Gisclard-Cau (Maquens) à Carcassonne • 1 poste enseignant ressource "Trouble du Spectre Autistique" • 1 dispositif "autisme" à Bages • 0,25 décharge de direction pour le dispositif "autisme" à Bages • 0.17 P I A L (décharge de direction école Voltaire Narbonne)

ULIS-COLLÈGE Nos inquiétudes concernant les sureffectifs dès la rentrée dans les dispositifs ULIS-COLLÈGE se précisent. Les chiffres fournis par l’administration font état d’une moyenne de 14,4 élèves par ULIS-COLLÈGE sur le département. Derrière cette moyenne, très au-delà du seuil de 10 conseillé par les textes officiels, n’oubliant pas que certains dispositfs sont déjà à 15 ou 16 élèves. En outre, se pose aussi le problème de l’affectation des élèves au plus près de leur domicile. Tout autant de questions qui ne sont pas encore résolues et pour lequelles la FSU11 demande aux coordonnateurs-trices de faire remonter toutes infirmations utiles pour mieux appréhender ces réalités et être en capacité d’agir dès la rentrée.

Pôles Inclusifs d’Accompagnement Localisés (PIAL), dans le premier degré, un PIAL de circonscription sera installlé à titre expérimental sur l’école Voltaire de Narbonne (avec attribution d’une décharge supplémentaire de direction : ajout de 0,17 à la décharge de direction et l’équivalent de 0,08 en journées à la discrétion de la circonscription de Narbonne 2. Ce PIAL devrait, pour cette rentrée, gérer les AESH sur les 4 écoles du secteur. Dans le second degré, une quinzaine d’établissements dont 2 lycées (liste non encore validée par le rectorat) vont avoir à gérer des PIAL. Pour la FSU, comme nous l’avions dit lors de notre déclaration au CTSD du 21 juin : « la précipitation du ministère nous inquiète car le PIAL ne répond ni aux besoins ni aux urgences des élèves en situation de handicap. Bien au contraire, les annonces de JM Blanquer vont enfermer les AESH dans un entonnoir de mutualisation forcée, avec comme objectif la réduction du nombre d’heure d’accompagnement prévues par la MDPH. Le renforcement de la hiérarchie (IEN et chef d’établissement), des temps partiel imposés empêchant nos collègues AESH de sortir de la précarité, ne font que renforcer nos craintes. » Déclaration FSU11 au CDEN du 27 juin 2019

CANICULE. Comme vous le savez, la quasi-totalité de la France hexagonale est placée en « alerte canicule » jusqu’à la fin de la semaine. Notre département ne fait pas figure d’exception. Si l’ensemble de nos collègues a bien pris la mesure des recommandations ministérielles en la matière, malheureusement, pour la majorité des écoles, ces recommandations sont largement insuffisantes quand les locaux sont mal isolés, quand l’accès à l’eau est insuffisant au regard du nombre d’élèves, quand les baies vitrées couplées à une exposition des bâtiments plein sud ne possèdent aucun store ni rideau… La liste des facteurs, qui ne manqueront pas d’aggraver la situation, est malheureusement conséquente. Selon l’Institut National de Recherche et Sécurité (INRS), lorsque la température à l’intérieur de locaux atteint 33 degrés, les travailleurs se trouvent en situation de danger grave et imminent. Comme le stipule l’article 4121-1 du code du travail, l’employeur est responsable de la santé et de la sécurité des agents placés sous son autorité. Aussi, Monsieur le Préfet, Madame la Directrice Académique, la FSU vous demande, si de tels cas se sont présentés dans notre département et si les écoles au sein desquelles les températures auraient dépassé les 33 degrés ont été fermées dans les plus brefs délais. C’est en tout cas une demande que formule aujourd’hui la FSU11 pour protéger la santé des élèves et des personnels.

REFORMES :« Si l’Éducation Nationale n’a jamais été très douée pour faire fonctionner l’ascenseur social, le projet de loi pour une école de la confiance, porté par le ministre Jean-Michel Blanquer, en a même abandonné l’ambition. L’objectif de démocratisation scolaire, définie comme la volonté de compenser les inégalités sociales, culturelles ou territoriales par un système éducatif obligatoire, gratuit et laïque, y laisse place à un modèle concurrentiel, où les déterminismes sociaux se trouvent contrebalancés par des coups de pouce individualisés aux plus « méritants ». Coordonnée avec le ministère de l’enseignement supérieur, l’offensive concerne l’ensemble du système éducatif, de la maternelle à l’université. » Cet extrait d’un article rédigé par la docteure en science de l’Éducation Laurence De Cock résume en quelques phrases l’esprit des réformes engagées depuis deux ans. Les réformes du lycée et du baccalauréat, de la voie professionnelle, la loi dite de la « confiance » et l’ensemble des transformations du système éducatif imposées par le ministre vont renforcer les inégalités face au savoir, réduire les enseignements et renforcer les ségrégations sociales et territoriales. Cependant, un large mouvement de prise de conscience et de révolte est en train de se lever pour résister et porter, dans l’Éducation, de nouvelles perspectives de démocratisation scolaire, d’élévation culturelle et de progression des qualifications. Et si le Ministre continue de s’arque-bouter sur ses projets réactionnaires, il prend le risque, dès la rentrée, de voir éclater cette situation de crise et de défiance en de multiples mouvements sociaux à l’image de cette chaotique fin d’année scolaire. CARTE SCOLAIRE Ce CDEN va étudier les mesures d’ajustements pour la rentrée prochaine. Dans le premier degré, pour la FSU, nous souhaiterions que soit évoquée la situation de la maternelle du Petit Prince de Carcassonne. Située en REP, cette école doit faire face à une augmentation importante des demandes d’inscription d’élèves issus du secteur sans, pour l’instant, pouvoir faire face. Dans le second degré, le Rectorat envisagerait de supprimer des classes dans plusieurs collèges de l’Aude pour la rentrée 2019. Dans des établissements déjà chargés en effectif, ces mesures auraient pour effet d’augmenter encore les sureffectifs autour de 30 par classe. C’est un drame pour le bien-être et le développement des élèves. Comment peuvent-ils être accompagnés sereinement et individuellement dans ces conditions ? Comment leur garantir un encadrement de qualité avec de tels effectifs ? Si ces mesures se confirmaient, cela dégraderait les conditions d’enseignement dans notre département qui n’est pas parmi les mieux lôtis. Nous nous opposons à cette conception de l’école où les logiques comptables priment sur l’intérêt des élèves. Nous espérons que les informations que vous nous donnerez aujourd’hui puissent lever l’inquiétude des parents d’élèves et enseignant.es. Concernant les ULIS-Collèges, la rentrée s’annonce une nouvelle fois tendue et les effectifs annoncés dans plusieurs ULIS font apparaître de lourds dépassements des seuils recommandés par les textes officiels. Nous espérons que vous allez nous donner des informations aujourd’hui et des solutions pour résoudre ses problèmes de sureffectifs et d’affectations d’élèves au plus près de leur domicile. La FSU11 a regroupé les coordonnateurs ULIS et en lien avec nos délégué.es FSU élu.es au CTA lancera une campagne d’information et une consigne de limitation des effectifs dès la rentrée afin d’alerter le plus largement possible sur le sort réservé aux élèves en situation de handicap.

Notre engagement pour une école émancipatrice va de pair avec celui pour les services publics et la défense des conquis sociaux. Sur ces sujets, sous couvert de modernisation et de rigueur, le gouvernement met à mal notre modèle social. Il s’apprête, dans la continuité des gouvernements précédents, à remettre une nouvelle fois en cause les retraites et le principe même de la solidarité intergénérationnelle. En outre, la loi sur la transformation de la fonction publique va permettre le recours massif aux contractuel-les, généralisant la précarité et mettant à mal le statut garant d’indépendance du fonctionnaire.Il réduit le rôle des CHSCT, supprime bon nombre des compétences des Commissions Administratives Paritaires en matière de promotion et de mobilité. Nous le réaffirmons une nouvelle fois : les conquis sociaux comme les services publics ne sont pas un coût mais bien un investissement socialement consenti, au service de tous et, tout particulièrement, des moins bien lotis. En grande partie dans le Conseil National de la Résistance, nos anciens ont fait des choix, ceux de la solidarité intra et intergénérationnelle, ceux des services publics pour tenter d’assurer à tous un niveau d’éducation, de vie, d’indemnisation, de retraite, de soin, de sécurité...décent. C’est dans cette logique de progrès humain et de justice sociale que la FSU défend la fonction publique et exige le maintien de cette conquête sociale collective unanimement plébiscitée : le code des pensions et retraites !

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 0


22 bis boulevard de Varsovie 11000 CARCASSONNE
- Tél. : 0468720476 --- Fax : 0468253595
- snu11@snuipp.fr


Agrandir le plan

13 rue des 3 moulins 11100 NARBONNE
- Tél. : 0468320799
- ulfsu-narbonne@orange.fr