Retour accueil

Vous êtes actuellement : CONSIGNES SYNDICALES  / L.P.C 


LPC : Non à l’usine à cases

vendredi 4 mai 2012

Le livret personnel de compétences, dernier avatar des demandes institutionnelles qui bouleversent le sens du travail des enseignants, impose – une fois de plus - une charge de travail supplémentaire. Le SNUipp-FSU invite les équipes enseignantes à ne pas le renseigner.

Le livret personnel de compétences fait progressivement son entrée dans les écoles. Cette nouvelle demande institutionnelle tombée d’en haut a une fois de plus de quoi dérouter les enseignants : 46 items à renseigner avant la fin de l’année pour les élèves de CE1, 110 pour ceux de CM2 ! Le LPC est une partie du livret scolaire et suit l’élève au collège. Dans certains départements et certaines écoles l’administration propose l’utilisation de sa version numérique. Arrivant comme une tâche supplémentaire, le LPC fait double emploi avec les livrets scolaires élaborés par les équipes. Il est à l’image des demandes institutionnelles imposées « d’en haut » et des transformations progressives qui bouleversent le sens du travail des enseignants. De l’écran de fumée à l’usine à cases Les cases à remplir, les évaluations incessantes auraient tendance à devenir le cœur du travail enseignant parce que le ministère de l’éducation nationale est obsédé par la remontée d’indicateurs en tous genres. Par contre ce même ministère occulte totalement les questions pédagogiques et didactiques qui permettraient d’atteindre une meilleure réussite des élèves. Il faut dire que cela nécessite des engagements à une tout autre échelle en terme de formation, de conditions d’enseignement, de confiance... Personne ne peut contester la nécessité des évaluations mais les enseignants ne vont pas se transformer en « poinçonneurs des Lilas » ! Cerise sur le gâteau, pour le LPC numérique « proposé » dans certains endroits, c’est le directeur, détenteur d’une clé OTP unique, qui doit renseigner lui-même l’ensemble des cases ! Stop ! La coupe est pleine Le SNUipp-FSU appelle nationalement les équipes enseignantes à ne pas renseigner ce LPC, véritable usine à cases. Il faut en finir avec cette évaluation incessante qui se substitue au temps nécessaire pour les apprentissages. Il est urgent de revenir à des principes simples et lisibles en matière d’évaluation des élèves. C’est le sens de la motion ci-dessous que le SNUipp-FSU propose aux équipes d’école de signer massivement.

Motion pour le Conseil des maîtres

A envoyer à l’inspection (copie au SNUipp départemental)

Le 4 pages LPC

LIVRET PERSONNEL DE COMPÉTENCES (LPC) : PESER LE COCHON TOUS LES JOURS NE L’A JAMAIS FAIT GROSSIR !Extrait du texte-action voté à une large majorité par le Conseil National du SNUipp-FSU, Paris le 18 mai 2011 « Le livret de compétences arrive dans un contexte où la politique et les outils d’évaluations ont subi des transformations importantes. Celles-ci sont concomitantes à la mise en œuvre d’une politique éducative normative et utilitariste qui accroît les inégalités scolaires, liées aux inégalités sociales qui s’accompagne de l’accentuation d’un pilotage par les résultats, de la mise en place d’un socle commun contesté, de projets de nouveaux modes d’évaluation des personnels. Le rôle joué par les évaluations dans le parcours scolaire en a été largement bouleversé. Sur le plan professionnel, le LPC pose également de nombreux problèmes : incohérences avec les programmes, intérêt pédagogique de certains items contestable, ambiguïté sur la notion de compétences, validation impossible de certaines compétences, remise en cause de la dimension réflexive de notre métier, notion utilitariste s’appuyant sur le socle. Cet outil imposé « d’en haut » vient se télescoper avec les livrets scolaires élaborés par les conseils des maitres amenant une surcharge de travail. Les enseignants n’ont été qu’exceptionnellement consultés, et associés à la construction de ce livret. Il faut revenir à des principes sérieux, simples et lisibles en matière d’évaluation des élèves et de communication avec les parents. Il ne s’agit pas de classer, ni de sélectionner les élèves mais de les aider à apprécier leurs acquis et à progresser. Le SNUipp-FSU invite les enseignants à avoir une approche collégiale en faisant prévaloir leur professionnalisme et en usant de leur liberté pédagogique. Partout, le SNUipp-FSU initiera des réunions locales avec les enseignants et assurera l’information complète sur ce sujet. Il est urgent de les impliquer dans les décisions des actions et de continuer de recueillir leur appréciation. Au regard de ces éléments, le SNUipp-FSU appelle les équipes enseignantes à ne pas remplir ce Livret Personnel de Compétences et demande l’ouverture de discussions pour des outils d’évaluation et d’informations aux familles utiles à la réussite des élèves. Un suivi de la consigne et de la mobilisation, avec comptage, sera mis en place afin d’en faire un bilan. À propos, pour la coordination de l’action, il serait bon que chaque équipe nous fasse remonter sa prise de position. Le SNUipp-FSU continuera son intervention auprès du ministère pour exiger une remise à plat des outils d’évaluation (livrets, dossier scolaire, bulletin aux parents …) »

LIVRET PERSONNEL DE COMPÉTENCES (LPC) : UN FICHAGE SUPPLÉMENTAIRE L’obligation de remplir le LPC cette année (version papier) et l’an prochain sous forme numérique constitue un nouvel élément de contrôle et d’assujettissement de l’école aux besoins de l’économie. Indépendamment du fait (déjà condamnable) qu’il constitue une charge de travail lourde, chronophage et qui se traduira par une réduction des temps d’apprentissage, il permet la mise en place d’un nouveau fichage des élèves. Jusqu’alors, le livret scolaire était propriété de l’élève et de sa famille. Il était remis à la famille régulièrement. Il n’existait qu’en un exemplaire, dans un lieu précis. Le modèle n’était pas imposé et les renseignements étaient considérés comme confidentiels. Désormais, il échappera aux familles et aux élèves, mais pourra permettre, dans le cadre de l’employabilité de ces derniers, d’organiser le recrutement des futurs salariés en fonction des compétences validées ou non. Nouveau « livret ouvrier » (mis en place au 19ème siècle pour contrôler les travailleurs et permettre aux employeurs de connaître leurs parcours), il risque de participer à la constitution un CV numérique sur lequel le salarié n’aura plus de possibilité d’action. Nous n’avons pas à jouer ce rôle de contrôle social. Aussi, avec le SNUipp-FSU national, le SNUipp-FSU11 appelle donc les écoles à refuser de remplir le LPC, dès cette fin d’année.

Dossier complet de nos camarades du SNUipp-FSU38

Diaporama,

Conférences audio et d’autres docs pertinents sur le site du CNRBE

LIVRET PERSONNEL DE COMPÉTENCES (LPC) : AUJOURD’HUI, LES ÉLÈVES ; DEMAIN, LES ENSEIGNANTS… On commence par ficher les enfants (base-élèves et livret personnel de compétences), puis à l’évidence, si le fichage des petits passe, il n’y a pas de raison de ne pas poursuivre... par le fichage des enseignants ! Dans ce sens, une nouvelle circulaire (parue dans le Bulletin Officiel n°13 du 31 mars 2011-paragraphe 3) crée notamment une sorte de "Livret de compétences" pour les maîtres eux-mêmes, servant à leur notation et à leur carrière. Il s’agit plus précisément d’un portefeuille de compétences "dématérialisé". L’administration de l’Éducation Nationale pourra ainsi choisir ses "personnels" sur fiche ! Après ça, pourquoi ne pas prévoir un livret personnel de compétences "parents" pour rendre possible de choisir les "élèves performants" dès la maternelle...Et puis, un LPC "ovules" et "spermatozoïdes" qui permettrait de choisir le père ou la mère de ses enfants dans une banque de données numérique. Quel marché ! Quelle rentabilité ! Orwell et son "Big Brother" n’était qu’un petit joueur... Pour celles et ceux qui n’ont pas lu le BO : BO

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 4


22 bis boulevard de Varsovie 11000 CARCASSONNE
- Tél. : 0468720476 --- Fax : 0468253595
- snu11@snuipp.fr


Agrandir le plan

13 rue des 3 moulins 11100 NARBONNE
- Tél. : 0468320799
- ulfsu-narbonne@orange.fr