Retour accueil

Vous êtes actuellement : SOCIÉTÉ 


16 AVRIL 2018 : RASSEMBLEMENT CONTRE LE CODE DE LA HONTE

jeudi 12 avril 2018

Le « collectif narbonnais contre le racisme, la xénophobie et les discriminations » (dont la FSU est membre) communique : dans plus de 40 villes en France des manifestations devant les permanences des députés auront lieu le lundi 16 avril à 11h, jour du début du vote de la réforme présentée par le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb.

Le « collectif narbonnais contre le racisme, la xénophobie et les discriminations » (dont la FSU est membre) communique :

A l’initiative de la Cimade, dans plus de 40 villes en France des manifestations devant les permanences des députés auront lieu le lundi 16 avril à 11h, jour du début du vote de la réforme présentée par le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb. A Narbonne un rassemblement aura lieu, ce lundi 16 avril à 11 heures devant la permanence du député, 5 Quai Vallière. Il est demandé de venir habillé avec une tenue sombre voire noire.

Nous serons devant la permanence pour exprimer fermement notre opposition au projet de réforme du Ceseda « Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile ». Si les mesures annoncées en fin de ce texte sont adoptées alors le nouveau Ceseda deviendra « Le code de la honte ».

Nous disons non à ces politiques d’accueil restrictives et d’expulsions systématisées. Le projet de loi « Asile et immigration » ainsi que la circulaire Collomb entretiennent une confusion entre les questions d’immigration, de séjour illégal et de demande d’asile.

LE PROJET DE LOI ASILE ET IMMIGRATION, EN DÉBAT À L’ASSEMBLÉE NATIONALE À PARTIR DU 16 AVRIL, EST UN TEXTE DANGEREUX. S’IL ÉTAIT ADOPTÉ, IL INDUIRAIT UN GRAVE RECUL DES DROITS DES PERSONNES ÉTRANGÈRES EN FRANCE.

Le gouvernement affirme que ce texte allie « humanité » et « efficacité ». Il n’en est rien. Ce texte est avant tout répressif : il vise à sanctionner, enfermer, expulser et bannir avec plus de dureté les personnes étrangères.


- PLUSIEURS MESURES SERONT TRÈS PRÉJUDICIABLES AUX DROITS DES DEMANDEURS D’ASILE ET PERSONNES MIGRANTES COMME :

  • l’augmentation de 45 à 90 jours, voire 135 jours, de la durée possible d’enfermement dans les centres de rétention administrative,
  • la diminution du délai de recours (de 30 à 15 jours) devant la Cour Nationale du Droit d’Asile, ce recours devenant non suspensif d’une expulsion,
  • la réduction de 120 à 90 jours du délai pour déposer une demande d’asile le passage de 16h à 24h de la durée de retenue administrative, sans avocat.

De toutes parts, ce texte est critiqué : Commissaire aux Droits de l’Homme du Conseil de l’Europe, HCR (Agence des Nations Unies pour les Réfugiés), Défenseur des Droits, Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme, Contrôleure générale des lieux de privation de liberté , Barreau de Paris, association des juges de l’asile, syndicats, juristes, universitaires.

Les Etats Généraux des Migrations (EGM), portés par des centaines de collectifs et d’associations locales et nationales (dont la FSU) engagées aux côtés des personnes réfugiées et migrantes, dénoncent ce projet de loi. Plus largement ils rejettent la politique migratoire répressive du gouvernement, marquée sur le terrain par un acharnement quotidien à l’égard des personnes étrangères.

- POUR MARQUER VOTRE OPPOSITION À CE PROJET DE LOI, VOUS POUVEZ :

envoyer à votre député.e la carte postale jointe (en la glissant dans une enveloppe timbrée) et prendre part à une des nombreuses actions organisées en faveur des personnes exilées

PDF - 214.9 ko
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 1


22 bis boulevard de Varsovie 11000 CARCASSONNE
- Tél. : 0468720476 --- Fax : 0468253595
- snu11@snuipp.fr


Agrandir le plan

13 rue des 3 moulins 11100 NARBONNE
- Tél. : 0468320799
- ulfsu-narbonne@orange.fr