Retour accueil

Vous êtes actuellement : SOCIÉTÉ 


PAS DE VACANCES POUR LES MOBILISATIONS !JEUDI 19 AVRIL : JOURNÉE D’ACTION INTERPROFESSIONNELLE PUBLIC&PRIVÉ !

jeudi 12 avril 2018

POUR LA CONVERGENCES DES LUTTES, MANIF INTERPRO LE JEUDI 19 AVRIL , TOUS ET TOUTES DANS L’ACTION !

NON AU BIG-BANG DE LA FONCTION PUBLIQUE ! POUR LA DÉFENSE ET LE DÉVELOPPEMENT DES SERVICES PUBLICS, POUR L’EMPLOI ET LE POUVOIR D’ACHAT ! ON CONTINUE ON LÂCHE RIEN !

PDF - 82.2 ko

APPEL NATIONAL RELAYÉ DANS L’AUDE PAR LA CGT ET LA FSU : journée interpro de convergences revendicatives /

La FSU11 a décidé d’appeler à la journée d’action interprofessionnelle du 19 avril 2018. Face à un gouvernement qui détruit sans complexe l’État social, nous devons plus que jamais agir collectivement et avec détermination et contribuer ainsi à amplifier le mouvement social qui se construit. La mobilisation de chacun-e compte !

Lire ci-dessous :
- Nous nous mobilisons dans la convergence des luttes
- Nous nous mobilisons en tant qu’enseignant-e, en tant que fonctionnaire...

NOUS NOUS MOBILISONS DANS LA CONVERGENCE DES LUTTES

La convergence des luttes : une réalité. Dans la dynamique de la grève des cheminots, d’autres secteurs se mobilisent : étudiants, travailleurs des Hôpitaux et des EHPAD, salarié-es d’Air France, éboueurs, postiers, fonctionnaires, avocats, employé-es de Carrefour,.. La « convergence des luttes » n’est plus seulement un slogan ; c’est une réalité qui avance, jour après jour, avec l’entrée en lutte de plus en plus de salarié-es.

Notre modèle social à l’épreuve d’un blitzkrieg de contre-réformes. Les différentes mobilisations portent leurs propres revendications catégorielles, bien sûr. Mais à y regarder de plus près, toutes ces revendications « convergent ». À chaque fois, les travailleurs se mobilisent contre une même logique : l’austérité salariale, la dégradation de leurs conditions de travail, le démantèlement de leurs droits et garanties collectives (code du travail, statuts). Or, dans un blitzkrieg de contre-réformes, le gouvernement Macron a bien l’intention d’amplifier cette logique mortifère de précarisation des travailleurs, de baisse de leur pouvoir d’achat et de destruction des conquêtes sociales du mouvement ouvrier. Code du travail, statuts (cheminots, fonctionnaires,...), sécurité sociale, retraites,... : c’est bien à l’ensemble de notre modèle social qu’il s’attaque ! Le « nouveau monde » d’Emmanuel Macron est en fait un pur projet libéral ou les préoccupations sociales, les valeurs d’égalité, de justice n’ont pas cours, où l’argent est roi. La démocratie y est aussi fragilisée avec la marginalisation des organisations syndicales. Il s’agit en fait d’un bien vieux monde loin d’un modèle social digne du XXIème siècle !

Les cheminot-es : un symbole. À l’instar de Thatcher brisant les grèves de mineurs, si le gouvernement Macron entend infliger une lourde défaite aux cheminots -secteur clé et emblématique du mouvement ouvrier français-, c’est bien pour dérouler plus facilement son programme de casse sociale. Pour cela, dans les grands médias aux ordres du gouvernement, se déchaîne une campagne haineuse et mensongère à l’encontre des cheminots combatifs comme de tous les salarié-es en lutte. Cependant, beaucoup de citoyen-nes ne sont pas dupes et comprennent la légitimité de la grève des cheminots. En témoignent le succès significatif des caisses de solidarité : ainsi, à l’initiative d’intellectuels, cinéastes, romanciers..., la cagnotte en ligne hébergée sur la plateforme Leetchi a récolté en quelques jours près de 700.000 euros avec près de 20 000 particpant-es en soutien aux cheminots grévistes CAISSE SOLIDARITE LEETCHI C’est important et significatif.

Lutter et gagner, tous ensemble en même temps ! Cependant, le meilleur moyen de soutenir la lutte des cheminot-es et assurer sa victoire, c’est la mobilisation du plus grand nombre contre les projets antisociaux du gouvernement Macron. C’est la montée en puissance de cette dynamique de mobilisation large et convergente qui est la mieux à même de faire reculer le gouvernement et faire avancer les revendications non seulement des cheminot-es mais aussi de l’ensemble des salarié-es, actifs et retraité-es. Car, il n’y a pas que les cheminots, c’est l’ensemble du salariat -privé comme public- avec les retaité-es et les privé-es d’emploi, l’ensemble de la jeunesse qui est attaqué. Alors c’est évidemmment tous ensemble qu’il nous faut résister et riposter. Pour en finir avec ces politiques de classe et de casse au service de la finance, pour défendre et conquérir des droits nouveaux, pour le progrès social, pour que la peur change enfin de camp, pour notre dignité d’être humain, pour notre fierté de salarié-e ! Car toutes et tous ensemble, nous avons la force de les faire reculer. Ensemble, nous avons la volonté d’élargir nos regards vers des horizons de justice sociale plutôt que de les retrécir à courte vue dans des dogmes, des certitudes ou des soi-disant fatalités invoquées au nom du libéralisme.

NOUS NOUS MOBILISONS EN TANT QU’ENSEIGNANT-E, EN TANT QUE FONCTIONNAIRE...

CÔTÉ ÉDUCATION , les nouvelles sont alarmantes.

Violences contre les étudiant-es sélection avec ParcourSup, réforme calamiteuse du BAC et du lycée, réforme de l’apprentissage laissant la part belle aux désirs du patronat,...

Dans le premier degré, une carte scolaire inacceptable où, derrière la très médiatique décision de dédoubler des classes en REP-REP+, se cache un manque d’investissement pour l’Education qui va encore dégrader les conditons de travail à la rentrée 2018 Lire ICl

Un ministre qui bafoue la liberté pédagogique. Très loin de la « confiance » qu’il prétendait instaurer auprès des enseignant-es, un ministre de l’Education Nationale de plus en plus autoritaire qui n’hésite pas à piétiner la liberté pédagogique des enseignant-es pour tenter d’imposer par le détail des pratiques relevant de conceptions rétrogrades et élitistes de l’enseignement. article du Café Pédagogique et encore Café Pédagogique

DANS LA FONCTION PUBLIQUE

Après les premières mesures de gel de la valeur du point d’indice, de report de la revalorisation PPCR et de rétablissement d’un jour de carence qui impactent le pouvoir d’achat des agents...

Le gouvernement entend en finir avec le Service Public qui, garant de l’interêt général, offre des services de qualité à toutes et tous les usager-es sur l’ensemble du territoire, dans le respect de principes de neutralité, d’égalité, de solidarité et de justice sociale. Sous couvert de « refonder le contrat social avec les agents publics » dans son programme « Cap 2022 », le gouvernement Macron prévoit la réduction des Services Publics avec la perspective d’abandon voire de privatisation de nombreuses missions publiques, des suppressions massives d’emplois et le recours accru aux contractuels, le développement de la rémunération au mérite, la remise en cause des statuts de la fonction publique ainsi que du régime de retraite.

Avenir de la Fonction publique, le communiqué FSU

Pour les missions publiques, l’emploi, le pouvoir d’achat, nos revendications

Contre le big-bang de la Fonction publique ! Nos analyses et revendications

Pour stopper la régression sociale : Toutes et tous dans l’action

À la convergence des attaques de ce gouvernement, le mouvement social doit répondre par la convergence des luttes !

Avec les salarié-es du privé, avec les cheminot-es, nous enseignant-es, fonctionnaires portons avec détermination nos revendications.

Unis et déterminés, nous pouvons gagner !

Tribune FSU : "En même temps... Nous aussi !"

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 1


22 bis boulevard de Varsovie 11000 CARCASSONNE
- Tél. : 0468720476 --- Fax : 0468253595
- snu11@snuipp.fr


Agrandir le plan

13 rue des 3 moulins 11100 NARBONNE
- Tél. : 0468320799
- ulfsu-narbonne@orange.fr